Fév 14

Interview de Daniel Erith, Directeur International Crédit Foncier Immobilier – Capital Markets

Quelle est l’évolution du marché tertiaire français en ce début d’année ?

Près de 3,2 Mds € ont été investis au cours du premier trimestre 2017, 55% de ce volume global d’investissements dans l’Hexagone étant réalisés par des investisseurs français et 45% par des étrangers. De nombreuses ventes de fort volume (Grand Central, 102CE, Bords de Seine…) ont été réalisées avec notamment une présence notable sur le marché national des principaux fonds allemands.

Qu’en-est-il des investisseurs asiatiques ?

Aucune transaction n’a été observée au cours des trois premiers mois de l’année de la part des investisseurs asiatiques, lesquels devraient vraisemblablement intervenir sur le marché d’ici fin 2017. En effet ils sont toujours présents, malgré un contexte de marché très concurrentiel, notamment face aux SCPI et compagnies d’assurances françaises très agressives en ce moment, et avec l’avantage d’un taux de change très favorable pour les investisseurs sud-coréens qui parviennent à gagner 100 à 150 pb.

Y a-t-il des particularités concernant les investisseurs sud-coréens ?

Généralement, ils ont besoin d’une période plus importante de due diligence (au moins 6 semaines), et peuvent de ce fait être « dépassés » face aux acteurs traditionnels souvent plus souples et réactifs.

Quelle est la perception des investisseurs étrangers à l’égard de la France ?

Suite à l’élection présidentielle d’Emmanuel Macron, très favorablement accueillie par le marché, le sentiment général vis-à-vis de la France est globalement positif sur le plan international même si tout reste à réaliser. Certaines réformes annoncées devraient toutefois doper le marché locatif (réduction de l’IS à 25%) en redynamisant l’investissement par les entreprises. Concernant les fonds US et britanniques qui sont en grande majorité des fonds added-value, l’offre reste assez pauvre, ce qui a conduit à des modifications de stratégie avec des approches davantage core+ afin de trouver des opportunités de placement de leurs fonds propres abondants. Nous observons notamment un intérêt accru concernant les VEFA bien placées. Nous constatons également un changement de stratégie de nombreux fonds étrangers en terme de cible de classe d’actifs, et cela continuera – notamment envers la logistique, le médicalisé, l’hôtellerie, et le résidentiel. Ce constat concerne également les investisseurs français, qui étendent leur recherches d’actifs parmi les différents pays européens afin de bénéficier de taux plus élevés (liées aussi a une obligation/attente de rendement minimum).

Crédit Foncier Immobilier – Capital Markets collabore-t-il avec le groupe BPCE ?

Plus que jamais en effet, les synergies entre Crédit Foncier Immobilier – Capital Markets et le groupe BPCE se renforcent significativement. Notre collaboration avec notre « cousin » Natixis (Groupe BPCE) s’intensifie notablement en capitalisant sur nos forces, notamment nos connaissances respectives de la clientèle internationale. Sur un deal récent nous avons suscité l’intérêt direct de plusieurs fonds d’investissement coréens concernant un immeuble parisien à travers notre bureau situé à Hong Kong. De même, nous travaillons depuis peu avec les équipes Natixis en charge du réseau fonds privés/family office, afin de leur proposer à l’acquisition des biens parisiens, pour lesquels ils ont un appétit considérable.

Quelle est l’actualité de Crédit Foncier Immobilier – Capital Markets concernant les dossiers en cours ?

Nous avons été mandatés sur plusieurs dossiers prestigieux, parmi lesquels Parc Avenue – 14.000m² de bureaux à Paris 13ème – par Natixis ; la Tour Cèdre – pour environ 30.000m² – par DEKA ; le 25/27 Tolbiac à Paris 13ème – 5.500 m² vacants – par Malakoff Médéric, un hôtel – d’environ 20.000m² en VEFA/BEFA 12 ans fermes – par Kaufman & Broad… Nous travaillons également un certain nombre d’opportunités « off-market » et participons à un rythme accru de pitchs ces dernières semaines, ce qui nous laisse entrevoir une belle année 2017 en terme de volumes d’investissements.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer